Grotesque au poète - Photo Presse
Ramallah - MANARA 40, Juin 2009.

(cliquez ici pour voir l'article original en arabe et en français)

Les belles figures de Véronique van Eetvelde


Le CCFA aura en juin l'immense chance de recevoir une exposition des tableaux de Véronique van Eetvelde, dans sa troisième coopération franco=germano-belge de l'année.

Cette jeune artiste présente un travail d'un raffinement inénarrable, évidemment puisé dans le patrimoine italien des fresques, florentines plus particulièrement. Qu'elle ait travaillé autant sur Rome, Venise et l'Italie n'est aucunement le fruit du hasard.

On retrouve dans le trait, la couleur, la patine de ses oeuvres en art décoratif, comme dans son carnet de voyage, toute la fragilité, toute la finesse et toute la poésie de la peinture de la Renaissance: et c'est bien d'une résurrection à laquelle on semble assister à contempler ses oeuvres: celle d'un autre temps, d'une autre temporalité, d'un monde où la délicatesse était l'une des plus belles qualités. Mais Véronique van Eetvelde est bien de son temps, dont elle est un témoin averti, et ses peintures de Jérusalem le prouvent, où elle dresse un portrait sensible de ses habitants et de ses sites. ce témoignage est encore un engagement, et c'est là l'objet de cette exposition, où elle illustre des contes palestiniens du célèbre anthropologue Sharif Kanaana, pour une publication.

"Abu Ali Im Ali" est le titre de l'exposition, comme le titre de ce vingt-deuxième recueil de la série. II raconte avec finesse et subtilité les racines de la Palestine à travers ses contes. Emouvant, il va sans dire...