Marchande de Venise - Photo Biographie
Biographie

Véronique van Eetvelde - Photo

Véronique van Eetvelde a quitté une carrière prometteuse dans le monde du marketing pour se consacrer  à sa passion la Peinture.

Elle a été formée au sein de la célèbre « Ecole internationale de Peinture Van Der Kelen » à Bruxelles, qui l'a initiée aux techniques traditionnelles de la peinture à l'huile, et en particulier tout ce qui a trait aux arts décoratifs.

Un séjour de quelques mois à Vienne lui donne l'occasion de s'imprégner de l'art baroque, typique de l'Europe centrale.

Elle vivra ensuite plusieurs années à Rome, une expérience unique qui lui donne l'occasion de réinterpréter dans un langage contemporain divers thèmes des arts décoratifs italiens de l'Antiquité au XIXè siècle, avec une prédilection pour l'inspiration des fresquistes médiévaux de l'Ombrie et de l'Italie centrale.

Fidèle à la Méditerranée, elle décide cependant de déménager dans un cadre très différent de la douceur des collines de l'Ombrie, à Jérusalem, où elle restera 3 ans, de 2006 à 2009. Une expérience très forte et difficile à la fois. dans un environnement très particulier, creuset des grandes religions monothéistes, et enjeu d'un très long conflit.

Sous la lumière unique de Jérusalem, et au milieu des tensions et des souffrances liées à l'occupation, elle parcourt la Palestine-et à l'occasion la Jordanie-, nouant des contacts très chaleureux avec la population locale. Ces expériences sont pour elles l'occasion d'un murissement de son talent. D'un art essentiellement "décoratifs" et "esthétisant", elle passe peu à peu à une peinture plus "vivante", et à l'occasion "engagée" peignant des tableaux représentant les gens qui l'entourent, dans la fraicheur et la beauté d'un mode de vie traditionnel en voie de disparition, réminiscent d'un éternel présent "biblique", incarné par le mode de vie des bédouins et des gens simples.

A l'occasion transparait dans ses toiles la souffrance quotidienne résultant de la rencontre brutale de cette civilisation traditionnelle avec un système colonial particulièrement cruel. En révélant aux plus petits et aux oubliés de cette terre tourmentée leur beauté et celle de leur mode de vie, sa peinture reflète peut-etre involontairement ce que certains appellent une "option préférentielle pour les pauvres".